2016 – Lycée Audiberti – Séance 2

Cap sur Seilandfarm

 

L’astronomie est un domaine plein d’aléas. Une observation, pour qu’elle se fasse dans les meilleures conditions, doit répondre à des critères très précis dont l’être humain n’a pas toujours le contrôle. L’un d’eux est la météo, et celle du vendredi 25 Mars n’était pas du tout au rendez-vous : des trombes d’eau se sont abattues sur le plateau de Calern. Pas la moindre chance de pouvoir observer quoi que ce soit : l’humidité risquait de détraquer les télescopes et le ciel était couvert de nuages gris foncé. C’est pour ces raisons que la séance d’observation a été repoussée au vendredi 20 Mai 2016.

Cette soirée a offert un bien meilleur ciel avec son temps clair et l’absence de nuages. Une dizaine d’élèves sont venus dans les locaux du lycée Jacques Dolle pour contrôler à distance le télescope Omicron de C2PU. Ils avaient amené avec eux un journal de pré-observation qui devait décrire le déroulement de la soirée, ainsi qu’une liste des étoiles observables afin de faire la mise au point du télescope. C’est par cette tâche que la séance d’observation a débuté.

« C’est à la fois drôle et impressionnant de constater que des élèves de seconde peuvent aider la science comme ça. » – Iris

Deux pointages vers les étoiles pour s’assurer du bon fonctionnement du télescope, puis les élèves se sont occupés de l’astéroïde à observer. Adorea, la cible prévue lors de la séance de préparation, n’était plus observable en cette période de l’année. C’est donc un autre rocher spatial, Seilandfarm, qui a été choisi pour l’acquisition d’une courbe de lumière. Tour à tour, par équipes de trois ou quatre, les élèves se sont assis devant l’ordinateur de la salle et ont donné des instructions au télescope, ont ordonné l’ouverture et le déplacement de la coupole et ont lancé l’enregistrement de séquences d’images.

Contrôler ainsi un télescope est une manœuvre délicate, le moindre faux-pas pouvait dérégler ou casser l’instrument. Mais les élèves ont pu compter sur l’aide précieuse de Lyu Abe, qui les a guidés tout au long de la soirée, du premier pointage jusqu’à l’acquisition des images tant souhaitées.

« J’imaginais que ce serait plus compliqué. Mais je pense que pour des astres plus lointains qu’un astéroïde, il doit y avoir des réglages beaucoup plus complexes. Je n’imaginais pas non plus le pilotage à distance. » – Louis

Pour clore la soirée en beauté une fois l’acquisition terminée, le télescope Omicron a été dirigé vers la galaxie du Tourbillon, un majestueux objet céleste, afin d’offrir aux élèves des images imprenables des beautés que l’univers a à offrir.

photo : Robin OSSTYN / OCA
photo : Robin OSSTYN / OCA

 

« C’était intéressant. Découvrir ainsi l’astronomie professionnelle, sachant que plusieurs points m’intéressent dans ce domaine : le système solaire par exemple.» – Sébastien

 

Previous1Next1