Se repérer dans un champs d'étoiles

Dans l’oculaire d’un télescope, tous les astres lumineux se ressemblent : des petits points blancs. Sont-ils petits ? Sont-ils lointains ? Parmi eux, un astéroïde se cache et les élèves du collège André Malraux  sont à sa recherche.

Voilà 1 h 45  que les 3èmes de La Farlède sont sur la brèche.

L’observation a débutée à 18h30, après qu’Olga Suarez, scientifique de l’Observatoire de la Côte d’Azur, leur ait donné les dernières indications sur le déroulement de la soirée. Sans tarder, ils ont pris, à distance, le contrôle du télescope Omicron de C2PU qui se trouve sur le site de Calern. Après s’être assuré que les conditions météorologiques permettent l’ouverture de la coupole et l’utilisation du télescope, les élèves ont pu entamer les manipulations leur permettant d’observer l’astéroïde Aegle. Cela commence par l’étoile de pointage qui leur permettra de bien centrer l’image. Ensuite, le télescope est orienté vers une deuxième étoile qui servira à faire la mise au point. Ce n’est qu’après qu’ils pourront se concentrer sur l’astéroïde.

Les coordonnées viennent d’être vérifiées, et le télescope se déplace lentement vers sa nouvelle cible. Quelques minutes plus tard, le logiciel GAS, contrôlant la caméra, affiche un ciel étoilé.

Lequel de ces points lumineux est Aegle ? Sommes-nous sur le bon endroit du ciel ? Pour trouver l’astéroïde, deux solutions sont possibles.

Crédit photo : OCA/M.Majérus

Il serait possible de prendre une photo, attendre un certain temps, et en prendre une seconde. Comme le mouvement apparent des étoiles est très faible, un point lumineux dont la place aurait changé correspondrait à un corps en mouvement, peut être notre astéroïde ! Cependant, il faudrait un intervalle de temps trop important entre chaque photographie pour espérer voir le mouvement de l’astéroïde, et le temps est une ressource précieuse en observation. Il faudra encore 1 h 30 pour récolter les données qui serviront ensuite aux chercheurs !

Pour gagner du temps, les élèves vont utiliser une carte du ciel.  Celle-ci ne montre que les éléments fixes du ciel : les étoiles. Dans un premier temps, il s’agit de faire correspondre les images sur la carte avec les images affichées par le télescope. Il ne reste plus qu’à trouver l’intrus. 

Et vous, avez vous trouvé Aegle sur l'image ci dessus ?

Quelques minutes plus tard, Pauline parvient à se repérer dans le champ d’étoiles ! L’astéroïde, c’est donc ce gros point blanc qu’on aurait pu prendre pour une étoile.

Maintenant que le télescope est prêt et que l’astéroïde est bien sur l’image, la prise automatisée d’images va pouvoir commencer… et les élèves se retrouver autour d’un repas bien mérité.

- Mathieu Majérus